mercredi, décembre 1, 2021
AccueilChineLa Chine renforce sa présence en orbite basse

La Chine renforce sa présence en orbite basse

La Chine poursuit son effort d’exploration spatiale avec la mise en orbite d’une troisième station spatiale ce jeudi 29 Avril 2021. En effet, après les tests de mise en orbite des deux stations précédente durant notre décennie, la Chine a l’ambition d’avoir une présence permanente en orbite.

Devenue aujourd’hui l’un des acteurs les plus actifs dans la conquête spatiale, la Chine est le troisième pays à envoyer des hommes en orbite par ses propres moyens. Le 15
octobre 2003 Yang Liwei est resté 21 heures en orbite avant de revenir sur Terre. Après cet
exploit, les Chinois voient plus grand : dès 2008, ils accélèrent leur programme de vol habité Shenzhou en proposant une petite station spatiale qui sera lancée le 29 septembre 2011.
Le but de cette première station appelée Tiangong-1 est de tester les techniques de
pressurisation, de rendez-vous spatial et d’amarrage automatique. Pesant une masse de 8,5 tonnes, elle peut accueillir trois astronautes pour une durée de 14 jours maximum. Suite à cette réussite, une deuxième station : Tiangong-2 est construite, mais cette fois composée de deux modules de 8,6 tonnes, elle permet aux Chinois de se familiariser avec l’amarrage de deux modules en orbite. Placée sur une orbite basse le 15 septembre 2016, elle accueillera deux astronautes pour une durée d’un mois.
Ainsi dès 2017, le programme habité Shenzhou est au complet. Muni d’un vaisseau
spatial du même nom, d’un lanceur fiable, d’un vaisseau cargo automatique dénommé
Tianzhou ainsi que des techniques d’amarrage et d’habitacle spatial ; l’arrivée d’un lanceur
lourd permet au programme de prendre de l’ampleur.
L’entrée en service de la Longue Marche 5B met un tournant dans le programme Chinois.
En effet, avec une capacité 23 tonnes pour l’orbite basse, elle permet d’élaborer une station plus grande. Le module Tianhe envoyé le 29 avril prochain aura une masse de 22,5 tonnes et sera le premier à être placé en orbite. Ce module bien plus ambitieux est composé de cinq ports d’amarrage, d’un bras robotique et d’un SAS pour les sorties extravéhiculaires. Il servira de lieu de vie pour les taïkonautes (astronautes chinois) et dispose de rangements pour les expériences scientifiques. Un vaisseau automatique tianzhou est prévu d’être amarré le 20 mai 2021, suivi d’une mission habitée le 10 juin.

 

Photo du module Tianhe

Finalement, Tiangong-3 rentre dans un programme Chinois très ambitieux. Un premier module sera envoyé ce 29 avril, puis un autre prévu pour 2022. La Chine est l’un des acteurs les plus actifs dans la conquête spatiale et son programme de vol n’est qu’une facette de ses ambitions. L’exploration robotique active du système solaire, les missions dirigées vers la Lune, sans oublier une présence permanente en orbite basse devraient arriver sous peu

 

A LIRE ÉGALEMENT

DISCORD

FACEBOOK