jeudi, décembre 2, 2021
AccueilRussie60 ans en arrière : le premier Homme dans l'espace !

60 ans en arrière : le premier Homme dans l’espace !

Le 12 avril 1961, Youri Alexeïevitch Gagarine est le premier Homme à effectuer un vol spatial en orbite autour de la Terre. 60 ans après, nous revenons sur cet exploit qui a permis à l’URSS de marquer les esprits en pleine guerre froide.

Pour comprendre l’origine de cet événement il faut s’intéresser à la géopolitique du monde à cette époque. En effet, nous sommes en pleine guerre froide, les Etats-Unis et l’Union Soviétique se livrent une guerre de propagande et les tensions sont présentes dans toutes les régions du globe. La conquête spatiale est donc une occasion redoutable pour montrer sa puissance. Avant 1961, l’URSS avait déjà accompli de nombreux exploits ( 1957 : premier satellite artificiel Spoutnik 1 ; 1957 : le premier animal vivant ( la chienne Laïka ) à réaliser une orbite dans l’espace ; 1959 : la sonde Luna 1 effectue le premier survol de la Lune). La course pour l’espace est donc largement dominée par les soviétiques. Cependant, le 12 avril 1961, Youri Gagarine marque définitivement les esprits avec un vol historique.

 

Né le 9 mars 1934, rien ne prédestinait Youri Gagarine à devenir le premier Homme dans l’espace. En effet, issu d’une famille pauvre (fils d’un charpentier et d’une paysanne), Youri se découvre une passion pour le pilotage à 18 ans. Il décide d’entrer à l’école militaire d’Orenburg où il obtiendra son brevet de pilote de chasse en 1957.
En 1960, il se porte volontaire afin de piloter un « tout nouveau type d’appareil ». Après plusieurs étapes de sélection, il obtiendra finalement sa place à bord de la capsule Vostok 1, propulsée par une fusée Vostok.
Portrait de Youri Gagarine en 1961
Le jour du lancement, la probabilité de réussite n’était que de 50% et contrairement à Youri Gagarine qui avait passé une nuit parfaite, Sergueï Korolev (le fondateur du programme spatial soviétique) n’avait pas fermé l’œil de la nuit et devra prendre des tranquillisants quelques minutes avant le lancement.
Le 12 avril 1961, à 9H07 (heure de Moscou), Youri Gagarine s’arrache de la surface terrestre depuis le cosmodrome de Baïkonour.

 

Fusée Vostok
Youri Gagarine quelques minutes avant le lancement
Onze minutes plus tard, Youri Gagarine est en orbite autour de la Terre à une altitude moyenne de 250 km ce qui lui offre la possibilité d’expérimenter l’impesanteur pendant 1 heure et 48 minutes.

 

Capsule Vostok 1
Après avoir effectué un tour complet d’orbite terrestre, les rétrofusées du vaisseau Vostok 1 s’allument afin de réduire la vitesse de la capsule en vue d’une rentrée atmosphérique. La manœuvre ne se passe pas totalement comme prévu et le vaisseau se met à tourner sur lui même ce qui a pour conséquence de soumettre certaines parties du vaisseau ne possédant pas de bouclier thermique aux températures extrêmes subies lors de la rentrée atmosphérique.
Le vaisseau finira pas réduire sa vitesse avant que Youri Gagarine ne s’éjecte à 7 km de la surface terrestre afin de finir sa descente en parachute (comme cela était prévu). Youri Gagarine atterrira à 400 km des prévisions de la zone d’atterrissage sous les yeux ahuris d’une paysanne et d’une petite fille travaillant dans les champs avant que Youri Gagarine ne les rassure en prononçant ces quelques mots : « N’ayez pas peur, je suis soviétique comme vous, je reviens de l’espace et je dois trouver un téléphone pour appeler Moscou ! »

 

La capsule Vostok 1 après son atterrissage
Cet exploit permet à l’URSS de montrer sa supériorité spatiale dans le monde entier. Youri Gagarine partira notamment en représentation dans de nombreux pays comme ambassadeur de l’Union Soviétique. Il sera également impliqué dans la sélection et la formation des astronautes pour les futures missions Vostok. Malheureusement, Youri Gagarine trouvera la mort dans un accident d’avion le 27 mars 1968. Les raisons du crash restent incertaines avec plusieurs théories apportées ainsi que des résultats d’enquêtes assez flous.
Youri Gagarine restera un héros national (comme en témoigne sa sépulture dans le mur du Kremlin) et un exemple de réussite pour la Russie.
A LIRE ÉGALEMENT

DISCORD

FACEBOOK