samedi, décembre 3, 2022
AccueilAutresConflit Ukraine-Russie : Quelle sont les conséquences sur l'activité spatiale ?

Conflit Ukraine-Russie : Quelle sont les conséquences sur l’activité spatiale ?

Alors que les forces armées russes lancent leur offensive sur l’Ukraine depuis jeudi dernier, les tensions diplomatiques avec l’Occident se sont amplifiées, menant à des conséquence sur l’activité spatiale.

 

Les répercutions en Ukraine

En réaction à la guerre en Ukraine, l’Union Européenne a déclenché de nombreuses sanctions vis à vis de la Russie. Ces sanctions ont pour conséquence d’impacter l’économie mondiale et notamment le secteur spatial. En effet, l’Agence Spatiale Européenne (ESA) se retrouve indirectement entravée dans ses activités par l’invasion en Ukraine depuis le jeudi 24 février. L’entreprise Ukrainienne Yuzhnoye Design Office qui produit ses moteurs RD-843 pour le premier étage de la fusée Vega de l’agence spatiale européenne, voit sont activité stoppée net par le conflit. De plus le premier étage de la fusée américaine Antares est fabriqué également en Ukraine, son moteur RD-181 est quant à lui de fabrication russe. Enfin le moteur russe RD-180 propulse lui aussi une fusée américaine, l’Atlas V. Les différentes pièces indispensables aux lanceurs se retrouvent indisponibles à court terme pour le moment.
Moteur RD-843

Soyouz

Le jeudi 26 février, le directeur général de l’agence spatiale Russe (Roscosmos) Dmitry Rogozin a annoncé la suspension des activités du lanceur Soyouz depuis son pas de tir en Guyane française. Le personnel russe en charge du lanceur est également retiré pour être rapatrié en Russie, ce qui concerne environ 80 personnes. Cela bouscule tout le calendrier d’Arianespace qui prévoyait au moins deux autres lancements depuis Kourou ainsi que sept au cosmodrome de Baïkonour. La suspension de la coopération du lanceur Soyouz entre les deux agences va retarder le déploiement de la constellation OneWeb ainsi que le GPS européen Galileo.

La mission ExoMars

Enfin, la mission ExoMars qui prévoie d’envoyer un rover sur Mars en 2022 se voit retardée à cause du problème de coopération essentielle entre l’ESA et le Roscosmos. Dans un communiqué du 28 février l’ESA a annoncé qu’un lancement en 2022 se trouve très improbable. Pour rappel, le rover était censé être lancé depuis le cosmodrome de Baïkonour en septembre 2022 dans la coiffe d’une fusée Proton. L’autre fenêtre de tir se présentera donc en 2024 pour le rover. La mission pourrait être également menacée si la collaboration russo-européenne était rompue. L’ESA annoncera une prise de décision après des consultations entre les états membres.
Le rover ExoMars
Le rover ExoMars

L’ISS

Concernant la coopération de la Station Spatiale Internationale (ISS), celle-ci se retrouve pour l’instant peu affectée par les tensions diplomatiques. Le Roscosmos et la NASA sont toujours dans la même coopération pour l’ISS. De plus celle-ci dépend de la Russie pour son maintien en orbite basse par le vaisseau Progress qui se charge de rehausser son altitude. Les programmes habités ne sont également pas modifiés pour l’instant par le conflit.
Si la guerre entre l’Ukraine et la Russie modifie l’activité spatiale de 2022, il faut attendre l’évolution de la situation pour savoir si le secteur est affecté à court terme ou à long terme.  L’équipe Ufotinik a une pensée particulière pour toutes les victimes, ainsi que pour toute la population qui subit cette guerre de plein fouet.

Pour plus d’informations, voici une petite vidéo disponible sur la chaîne UFOTINIK:

A LIRE ÉGALEMENT

DISCORD

FACEBOOK