mercredi, décembre 1, 2021
AccueilRussieLa famille des lanceurs Soviétiques UR : une famille peu connue

La famille des lanceurs Soviétiques UR : une famille peu connue

La famille de lanceurs soviétiques UR (Universal Rocket) mérite d’attirer votre attention. On ne connait que la fusée Proton (UR500) et pourtant c’est une famille complète et qui pourrait bien vous surprendre.

La Russie a été le pays pionnier dans la conquête spatiale et on l’oublie trop souvent. Tout le monde connait les lanceurs mythiques que sont la Saturn V et la navette américaine ou l’Ariane 5 européenne. Evidemment, tout le monde connait la Soyouz soviétique reconnaissable entre 1000 à cause de sa forme si particulière.
Néanmoins, il existe une famille de lanceurs soviétique peu connue voir oublié.
En URSS, dans les années 60, il existe 2 grands noms dans l’industrie spatiale soviétique. Le premier, Sergueï Korolev (1906-1966), père de la R7 qui a permis l’envoi de Spoutnik et le premier vol de Gagarine, est le plus connu.
Le second, Vladimir Tchelomeï (1914-1984) est connu pour avoir conçu les stations spatiales russes Almaz et Saliout. Mais c’est aussi son bureau d’étude qui est à l’origine des lanceurs UR.
Comme de nombreuses familles de lanceurs américains et soviétiques, l’histoire des lanceurs UR commence dans l’armée et la guerre froide. L’UR100 et l’UR200 sont des missiles balistiques. Respectivement hauts de 19,1m et de 34.65m, ils sont constitués de deux étages.
La fusée suivante est la fusée la plus connue de la famille UR500. Plus souvent appelée Proton, elle a été conçue dans les années 1960. Elle a fait son premier vol en 1965. Depuis, c’est un des lanceurs les plus utilisé avec plus de 400 lancements. Il est encore utilisé de nos jours, une preuve supplémentaire du savoir faire russe et de son excellente longévité.
Lanceur Proton
Source : nasa.gov
Maintenant quittons les pas de tir, pour explorer les bureaux d’études et les planches à dessin de l’époque.
Dans les années 1960, la conquête spatiale bat son plein et les russes visent la Lune. Le bureau de Tchelomeï travaille d’arrache-pied et propose 2 lanceurs issus de la famille UR. L’UR700 est le premier de ces 2 lanceurs. C’est un monstre de 76 m de haut pour 17.60m de large. Il est constitué de 3 étages qui sont complétés par 6 boosters géants. Ce concept aurait pu mettre en orbite entre 70 et 175 tonnes.
UR-700 Rocket. Art by Nick Stevens
UR-700 Rocket. Art by Nick Stevens
Ce lanceur a même eu droit à une variante atomique équipée de moteurs RO-31. Avec 4 étages au lieu de 3, cette version aurait mesuré plus de 120m de haut.
UR700 A. Source : Anatoly Zak, RussianSpaceWeb.com
UR700 A. Source : Anatoly Zak, RussianSpaceWeb.com
La dernière de la famille est l’UR900, proposée en 1969 est gigantesque. Elle a été conçue non pas pour atteindre la Lune, mais pour des missions à destination de Mars. Basé sur l’UR700, ce lanceur en reprend la configuration générale mais y rajoute 6 boosters géants au 6 premiers existants. Mesurant 90m, elle est plus petite que la Saturn V (110m) mais bien plus large : 28m contre les 10m de la fusée américaine. Elle aurait pu mettre 240 t en orbite basse.
UR-900 Credit: © Mark Wade
UR-900
Credit: © Mark Wade

Le programme spatiale soviétique contient encore bien des projets et concepts plus fou les uns que les autres.

A LIRE ÉGALEMENT

DISCORD

FACEBOOK