mercredi, août 17, 2022
AccueilEuropeESA : effet "Pesquet" sur les candidatures pour devenir astronaute

ESA : effet « Pesquet » sur les candidatures pour devenir astronaute

Bien que l’ESA ait ouvert les inscriptions pour candidater au poste d’astronaute le 31 mars dernier, celle-ci s’est retrouvée sous une pile de plus de 22 000 candidatures.

L’Agence Spatiale Européenne s’attendait-elle à un tel enthousiasme lorsqu’elle a entamée la phase de candidature pour devenir astronaute ? C’est peu probable. Pourtant, l’ESA a choisi d’ouvrir pour la première fois en Europe ou dans le monde le recrutement pour les personnes en situation de handicap. L’agence à part ailleurs ajoutée lors de la conférence de recrutement, qu’elle voulait être un symbole de l’égalité homme/femme. Et les dernières nouvelles vont dans ce sens, en confirmant que l’astronaute Samantha Christofretti sera au poste de commandant de la Station Spatiale internationale en 2022.

Pour comprendre les raisons de cet engouement, alors que l’agence n’a pas réalisée énormément de communication sur l’ouverture des candidatures, il faut tourner son regard sur les réseaux sociaux.
L’engouement du grand public pour l’espace s’est vu accentué avec l’arrivée sur le marché du New-Space apparenté aux entreprises privées comme SpaceX et Blue Origin ou encore Virgin Galactic, qui ont à leur tête des hommes avec une médiatisation importante, pour ne citer qu’Elon Musk.
Image
Twitter: @Thom_astro
Mais pour ce qui est du public Français, le porte-étendard de l’espace européen n’est autre que Thomas Pesquet qui est actuellement à bord de l’ISS et qui partage son travail et ses aventures sur Twitter. L’astronaute Français, via son premier voyage à bord de l’ISS en 2016 a su rendre l’espace attrayant en partageant le moindre élément de son voyage. À son retour sur Terre, il a ainsi pu ainsi partager son expérience avec les plus jeunes, pour en inspiré quelques-uns qui participe aujourd’hui à cet engouement.
Il n’y a plus qu’à attendre que le processus du recrutement se poursuive pour voir si l’ESA sera capable de maintenir le cap de la diversité.
A LIRE ÉGALEMENT

DISCORD

FACEBOOK